Gérard FUSS

 

 

Que faites-vous? Quelle est votre spécialité musicale ?

R : J’occupe le poste de chef de chœur au sein du chœur d’Hommes de Harskirchen et environs ainsi que de la chorale de la paroisse protestante de Harskirchen. Je suis également organiste de la paroisse protestante de Harskirchen - Bissert

Comment avez-vous commencé à faire de la musique? Qui vous y a introduit? Et à quel âge ?

R : mes parents aimaient chanter et mon père avait des connaissances musicales ; c’est sans doute cet environnement favorable qui m’a incité, dès l’âge de 7 ans, à jouer sur le piano qui se trouvait dans la maison.

Quelle a été votre formation musicale?

R : quand j’avais 11 ans mon père m’a inscrit aux cours de piano auprès d’un instituteur à Bissert. J’ai aussi pris des cours de saxophone par la suite à l’école de musique de Sarre-Union et j’avais intégré l’ensemble philharmonique de Sarre-Union pendant 10 ans. J’ai pris des cours d’orgue d’église et de chant par l’Aforgep (Association pour la Formation des Organistes des Eglises Protestantes) J’ai suivi plusieurs stages de direction de chœur entre 2008 et 2014. J’ai aussi pris quelques cours d’accordéon.

Quand avez-vous compris que la musique pourrait être un mode de vie pour vous?

R : Quand j’avais 16 ans la paroisse de Hinsingen m’avait sollicité pour jouer l’orgue à l’église, puis à l’âge de 19 ans c’était la paroisse de Harskirchen qui cherchait un remplaçant à l’ancien organiste qui souhaitait s’arrêter en raison de son âge avancé. A l’âge de 20 ans j’avais été sollicité pour intégrer l’ensemble philharmonique de Sarre-Union. Ce sont donc ces concours de circonstances qui ont fait que je me suis engagé dans le monde musical.

D’où vous est venue l’idée de créer une chorale typiquement masculine ?

R : J’étais choriste au sein de la chorale paroissiale que dirigeait M. le pasteur Henri Fichter, au début des années 2000. Et c’est précisément en 2001 que j’avais pour la première fois eu envie de créer un chœur d’hommes. Mais mes contraintes professionnelles de l’époque (j’étais souvent parti en déplacement), ne m’ont pas permis de me lancer.

Depuis quand le groupe existe-t-il ? Quel en est l’élément déclencheur ?

R : Le chœur d’Hommes de Harskirchen et environs a été formé en 2009, avec au départ les choristes de la chorale paroissiale que je dirigeais alors depuis 1 an, ainsi que des choristes de villages voisins. Nous avions démarré avec un groupe de 12 messieurs.

Quelle partie de votre travail dans votre chorale aimez-vous le moins?

R : Certains nouveaux morceaux comportant des passages un peu plus difficiles, il y a des moments de répétitions laborieuses, où l’on a le sentiment qu’on progresse trop lentement.

Quel est le nombre de voix ?

R : La plupart des chants harmonisés pour chorales comportent 4 voix. Pour les chœurs d’hommes l’on trouve : les 1ers et 2èmes ténors, les 1ères basses (aussi appelés barytons), puis les 2èmes basses. Bien-sûr les chorales peuvent aussi chanter des morceaux écrits pour 1, 2 ou 3 voix.

Quel est votre répertoire ?

R : il est relativement varié ; entre des chants d’église, classiques, populaires, gospel, variétés internationales, nous essayons de sélectionner des morceaux qui plaisent au « plus grand nombre », et qui soient aussi à notre portée au niveau de la difficulté d’interprétation.

 

Que vous procure le chant ?

R : Je trouve que le chant est un exercice gratifiant sur le plan personnel mais aussi un facteur de convivialité. Quelqu’un a dit un jour : ce n’est pas tant le chant qui est sacré, c’est le lien qu’il crée entre les êtres.

 

Quels autres répertoires aimeriez vous présenter ?

R : nous pourrions étoffer notre répertoire avec des polyphonies basques ou corses. Peut être aussi des chants patriotiques, en pensant déjà à 2018, année du centenaire de la fin de la 1ère guerre mondiale.

 

Il y a-t-il de la place pour de l'improvisation ?

R : pratiquement pas ; avec presque 30 choristes il est nécessaire de chanter rigoureusement ce qui est marqué dans la partition, et d’appliquer le style d’interprétation souhaitée par le chef de chœur. Mais il y a des exceptions, par exemple lorsqu’un chant comporte une partie de soliste, ce dernier peut, selon le cas, apporter une touche personnelle en improvisant.

Quelle est la fréquence de vos répétitions ? En groupe ? Seul ?

R : la chorale mixte paroissiale répète tous les lundis. Quant au chœur d’hommes, nous répétions au début tous les 15 jours, les vendredi soir. Et nous ne souhaitions pas nous engager dans quelque chose de trop contraignant. Mais au fil du temps, le groupe s’est étoffé et suite au succès que nous remportions régulièrement lors de nos apparitions, le besoin de répéter une fois par semaine s’est fait sentir. Bien sûr, en amont je travaille seul chez moi, quand je trouve un moment. Heureusement que je peux m’appuyer sur l’aide de certains choristes pour la préparation des morceaux.

Comment vous sentez-vous avant le début d’un concert?

R : comme la plupart des personnes qui acceptent de s’exposer en public, j’ai un peu le trac. Mais au fil du temps, et surtout parce que nos concerts sont presque tous réussis, je suis plus serein et me réjouis de pouvoir apporter du plaisir à notre auditoire ainsi qu’à nos choristes.

Quels musiciens ou orchestres ont été une source d'inspiration dans votre carrière?

R : je dirais : Luis Mariano en tant que chanteur ; il n’y a pas d’orchestre en particulier, mais j’aime beaucoup de styles de musique différents : du J. S. Bach à l’orgue, des symphonies de Beethoven, du blues, du jazz, du folklore en général, certaines musiques de films , des chansons de variétés diverses.

Trois morceaux qui ont marqué votre vie ?

La musique du film Borsalino, Carnaval de Venise (Mein Hut der hat drei Ecken), Granada chanté par Louis Mariano

Quel genre de musique aimez-vous le moins?

R : En général les musiques qui ne sont pas mélodieuses ne m’inspirent pas beaucoup.

Quelle sont les pré-requis pour chanter dans une chorale telle que la vôtre ?

R : il faut avoir un peu « l’oreille musicale », être motivé. La pratique du chant permettra de progresser au niveau de la justesse. Nous restons dans le domaine amateur, donc la grande majorité des gens peut trouver sa place dans une de nos chorales.

Que conseilleriez-vous à quelqu'un qui veut se lancer?

R : j’aimerais encourager les gens à se rapprocher des chorales. Tous ceux qui pratiquent le chant y trouvent bonheur et épanouissement.

Quels sont vos projets, vos envies pour le futur ?

R : Je veux veiller à ce que les 2 chorales dont je m’occupe puissent fonctionner dans la durée. Je souhaite me perfectionner dans la direction de chœur, mais aussi dans la pratique des instruments (orgue, piano, accordéon).

© 2023 by My Agrolinx. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Clean
  • LinkedIn Clean
  • Google+ Clean